Quel sera l’impact du Brexit sur les entreprises françaises ?

Brexit

Le « British Exit », communément connu sous l’abréviation Brexit, fait référence à la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). Repoussée à plusieurs reprises, cette décision aura des conséquences sur l’économie française. Notez que le Royaume-Uni est à la fois un client et un fournisseur de la France.

Une décision alertant pour l’économie française

Après le Brexit, 3 300 entreprises françaises implantées au Royaume-Uni doivent s’attendre à une nouvelle tournure. Ce fait n’est pas tout aussi simple pour la France vu que le Royaume-Uni fait partie de ses gros clients. Cette contrée anglaise est également le 8e fournisseur du pays. Près de 31 milliards d’euros de biens et services sont exportés au Royaume-Uni. Ce marché concerne principalement les secteurs des biens de consommation et de l’agroalimentaire. En parallèle, la France importe près de 19 milliards d’euros dans les services professionnels et financiers, un secteur peu impacté par le Brexit selon Julien Vautel. À tout cela s’ajoutent des investissements conséquents de 165 milliards, conclus entre les deux nations. Sachez qu’environ 12 millions de visiteurs anglais viennent dans l’Hexagone chaque année. Un chiffre qui va bientôt diminuer suite à la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Le Brexit aura une conséquence non négligeable sur l’économie de la France, mais encore moins sur les services financiers selon julien vautel. Il n’y aura plus de libre-échange entre les deux pays, ce qui engendrera une importante augmentation des coûts dans les 6 secteurs les plus concernés, à savoir : l’industrie chimique, l’industrie automobile, l’aérospatiale, les biens industriels, les biens de consommation et l’agroalimentaire. Ce dernier sera le plus touché par le Brexit vu qu’il constitue le principal secteur d’exportation de la France.

Les principaux impacts du Brexit sur les firmes françaises

Qui dit Brexit dit fin de la libre circulation des services, des investissements, des biens et des personnes entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Cette action engendrera de sérieux problèmes douaniers et des milliers d’accords professionnels entre sociétés. L’économie française est envahie par cette nouvelle tournure de la situation. Le Royaume-Uni étant un acteur économique principal dans l’Hexagone, sa sortie de l’UE attisera sans aucun doute des freins sur la bonne marche des activités d’entreprises. Notez que l’excédent commercial entre les deux pays est conséquent. Environ 14 % des exportations françaises en produits alimentaires passent par la Manche. Des problèmes entre prestataires seront bientôt en vue entre les collaborateurs. Ces derniers s’unissaient par une chaîne opérationnelle. Apparemment, certains clients de la France commencent déjà à subir les conséquences négatives du Brexit. On peut, par exemple, souligner le cas d’une coopérative vinicole qui a constaté le changement de principe d’un grand distributeur. Celui-ci a triplé ses commandes au début de l’année pour renforcer son stock. Cette mesure a pourtant engendré une importante surélévation de coûts. L’acteur économique comme julien vautel estime un chômage partiel et une chute probable des commandes de cycle. Les impacts du Brexit atteignent plusieurs niveaux : la logistique, les fournisseurs, la production… La France s’attend aussi à des ressentis fiscaux et légaux. Bref, le Brexit soumet les entreprises françaises à une rude épreuve.

Des répercussions à plusieurs échelons

Les effets du Brexit sont multiples. Concrètement, cette décision du Royaume-Uni de quitter l’UE entraînera une diminution de la livre sterling. Durant ces 5 dernières années, la valeur de la livre a chuté d’environ 30 centimes d’euros. D’après l’étude menée par julien vautel, cette baisse aura des conséquences sur la balance commerciale française. Les importations provenant du Royaume-Uni coûteront cher, tandis que les produits exportés par la France diminueront en valeur. La circulation des biens deviendra également plus complexe vu que les barrières douanières seront bientôt de retour. Les investissements directs entre les deux pays seront aussi en recul. Le Brexit aura également un impact significatif sur la libre circulation des personnes. Ce contexte compromet l’avenir professionnel des milliers de Français qui travaillent en outre-Manche.

Il sera désormais difficile, pour la population française, de franchir le territoire anglais vu la probable révision de la législation britannique sur le droit du travail et les différentes normes en vigueur. Face à ce nouveau contexte, les entreprises françaises devront cibler une méthode de gestion ciblée et revoir leur structure opérationnelle. Elles devront même prétendre à une délocalisation. Les conséquences du Brexit sur les entreprises françaises ne seront pas moindres. Certains économistes prévoient déjà une élévation annuelle des coûts d’environ 4 milliards d’euros.

Le Royaume-Uni passe en période transitoire

Jusqu’au 31 décembre 2020, le Royaume-Uni entre en période transitoire pour marquer son divorce avec l’UE. Selon la situation, ce laps de temps pourrait être prolongé. Le pays décide certes de quitter l’union, mais il doit tenir ses obligations envers les autres États membres. L’UE et le Royaume-Uni doivent trouver un point d’entente sur les nouvelles règles commerciales applicables entre les contrées concernées. Cela inclut les secteurs douaniers et les proportions des produits. Une révision des formalités douanières aura lieu après cette période de transition.

Comment sont nominés les conseillers prud’homaux ?
Quelques termes importants du code du travail à connaître