Les conséquences négatives du Brexit sur la santé des entreprises financières françaises

Les conséquences négatives du Brexit

La logique est telle que l’écartement voire l’expulsion ou même le détachement du Royaume-Uni de l’Union européenne aura un impact sur l’économie de cette dernière. La France serait la plus touchée étant donné qu’elle figure parmi les divers pays qui ont entretenu des relations d’affaires sérieuses avec la Grande-Bretagne. Au lendemain du brexit, une tempête financière est prévue en Europe vu que cette dernière est la cinquième puissance économique mondiale. Ce qui n’épargnerait pas la majeure partie des entreprises financières européennes et surtout celles de l’hexagone.

La situation des entreprises financières françaises

Le Royaume-Uni est un acteur majeur de l’économie française. De nombreuses négociations commerciales, administratives, ainsi que plusieurs types d’investissement, ont été faites depuis plusieurs décennies déjà. Par ailleurs, le Royaume-Uni est un pays intéressant en termes de débouché des entreprises et dispose de fournisseurs qualifiés dans plusieurs domaines d’activités comme l’informatique, le numérique et bien d’autres encore. Le flux de capitaux qu’il y a eu entre la France et ce pays a depuis longtemps été important. Ce qui fut pour les entreprises financières françaises un avantage et surtout un business fructueux. Mais seulement, avec le Brexit, tout va basculer. Les opérations commerciales et autres se feront avec restrictions. Le flux monétaire ne se fera plus sur la même base déjà que le livre sterling a d’ores et déjà constaté une hausse en termes de valeur rien qu’après l’annonce de cette rupture. Des spécialistes financiers comme Julien Vautel prédisent même une difficulté financière pour la France en conséquence à ce phénomène de « British Exit ».

Une prévision de tempête financière

La cinquième puissance économique mondiale s’écarte de la grande Communauté Européenne qui en s’appuyant grandement et avec sûreté sur elle voulait atteindre le sommet. Effectivement, en se détachant de cette unité, la Grande-Bretagne laisse derrière elle un désordre financier qui est annoncé comme une tempête financière plus qu’évidente, non seulement dans la France, mais aussi dans toute l’Europe. Rien qu’en parlant de bourses, ceux de Tokyo et de Hong Kong ont plongé. Une baisse de 10 % a été enregistrée pour la Bourse de Paris. Ce qui est alarmant au niveau mondial, annoncent certains professionnels en la matière, à l’exemple de Julien Vautel. Ce changement qui a bouleversé le monde n’épargne pas la France qui est surtout celle qui est principalement touchée. En effet, nombreux sont les investisseurs de la Bourse de Paris ayant misé sur la bourse de Londres. Cette dernière qui est devenue nettement beaucoup plus intéressante.

Une éventuelle récession

Avec le blocage concret des échanges commerciaux et les milliers d’emplois qui pourraient être perdus pendant la transition et notamment durant que la France et toute l’Europe se mettent de cette rupture, une récession s’annonce au niveau de la finance. En effet, pour la France, le taux d’importation serait nettement supérieur au taux d’exportation. Ce qui va alors créer un déséquilibre considérable. Ceci est dû au fait que la France exporte beaucoup vers le Royaume-Uni, et se trouve donc à être bloquée par les barrières douanières. D’autant plus que cette dernière enregistre un nombre assez considérable d’importations dans le monde. Le chômage en hausse, dû principalement à la fermeture de nombreuses entreprises, le rapatriement de milliers de français ayant travaillé en Grande-Bretagne, etc. Plusieurs phénomènes vont avoir des répercussions directes sur la situation financière du pays. Ce qui va sûrement avoir de lourdes conséquences sur les institutions financières françaises. Des études effectuées par des analystes financiers tels que Julien Vautel annonce d’ailleurs une probabilité de crise financière.

Des lacunes au niveau du fisc et des soucis de flux monétaires

Malgré le fait de la libre-circulation des biens et des personnes au sein de l’Union Européenne, les impôts, ainsi que certains tarifs douaniers se trouvent à être appliqués. De ce fait, le Brexit aurait donc des conséquences négatives sur les ressources de l’État. Par ailleurs, les diverses restrictions et barrières à l’entrée comme le Visa ne permettent plus le libre-échange entre la France et le Royaume-Uni. Le nombre de touristes anglais diminuerait donc et va fausser les prévisions de lancement économiques déjà engagées. Par ailleurs, le secteur touristique reste une grande ressource financière pour le pays. Les Britanniques eux aussi se sont dernièrement intéressés à la France vu sa proximité et son accessibilité dans le temps d’avant brexit. Seulement, après cette tragédie, ils trouveront d’autres pays beaucoup plus intéressants et s’ouvriront vers l’Asie ou encore l’Afrique pour des coopérations économiques. Il va en réalité sans savoir que ce phénomène est en quelque sorte une annonce de guerre froide entre l’Europe et la Grande-Bretagne. Le problème de la France réside sur le fait qu’elle ait engagé une étroite collaboration avec ce pays dans plusieurs domaines clés de son économie et sa finance. Il ne resterait donc plus qu’à espérer une négociation économique ou même un traité entre les deux pays, dans l’espoir de maintenir cette relation. À noter que les relations diplomatiques entre ces pays ont plutôt été riches en échange depuis ces décennies et ont permis des résultats gagnants-gagnants pour les deux parties.

 

Quelques termes importants du code du travail à connaître
L’importance des formations pour éviter le stress au travail